En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour disposer de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts et vous garantir une meilleure expérience utilisateur. Vous trouverez plus d'information ici : Conditions d'utilisation, Cookies et Mentions Légales

Fermer


OK
Fermer

Error


Traitement en cours ....


Équipements de protection individuelle

 

Equipements de protection individuelle : notre priorité c’est votre sécurité

Garantir la sécurité et la santé de ses équipes est un point essentiel pour chaque entreprise. Pour protéger vos salariés dans leurs missions, il est indispensable de leur fournir des équipements de protection individuelle adaptés pour pouvoir travailler dans les meilleures conditions. Pour la sécurité de tous vos collaborateurs, Lyreco dispose d’une large gamme d’EPI vous permettant d’équiper vos équipes de la tête aux pieds.

 

Protection de la tête et du visage

Pour protéger votre tête ainsi que votre visage contre les risques rencontrés dans votre environnement de travail, optez pour des casques de sécurité et casquettes anti-heurts permettant d’absorber les chocs lors d’une chute d’objet ou d’un coup à la tête. Retrouvez également notre offre d’écrans faciaux et visières de sécurité qui protégeront à la fois vos yeux, votre visage ainsi qu’une partie de votre cou.

Protection des yeux

Pour préserver votre vue et protéger vos yeux de possibles lésions pouvant endommager de manière irréversible cet organe, Lyreco a sélectionné un assortiment complet de lunettes de sécurité, de sur-lunettes pour le port de lunettes de vues et de lunettes masque afin de combiner étanchéité et maintien dans un environnement extrême.

Protections auditives

Pour prémunir votre appareil auditif dans les environnements bruyants, il est indispensable de porter des protections auditives pour des bruits de plus de 80 décibels afin d’éviter d’endommager votre audition. Pour limiter le risque de surdité, Lyreco a choisi un éventail de protections auditives : des bouchons d’oreilles jetables ou réutilisables ainsi que des casques anti-bruit disposant de serre-têtes adaptables pour un confort maximal.

Protections respiratoires

Quand vous travaillez dans un environnement poussiéreux ou que vous risquez d’inhaler des particules nocives pour votre santé ou des gaz, il est indispensable de vous équiper d’une protection respiratoire adaptée. C’est pourquoi nous mettons à votre disposition une offre spécifique constituée de masques chirurgicaux, de masques jetables FFP, de demi-masques et de masques respiratoires complets ainsi que les filtres compatibles.

Vêtements de travail et de protection

La sécurité de vos salariés sur leur lieu de travail passe également par le port de vêtements de protection. Tous les métiers imposent des exigences différentes en terme de vêtements de travail, c’est pourquoi Lyreco vous présente une grande variété de vêtements de travail répondant aux besoins dans les différents domaines. Du vêtement haute visibilité aux vêtements techniques en passant par les bleus de travail, découvrez nos vêtements professionnels confortables et ergonomiques adaptés à votre activité.

Gants de protection

Les blessures de la main étant la première cause d’arrêt de travail en France, il est indispensable de s’équiper de gants de protection adaptés à votre environnement de travail. Pour répondre à vos différentes contraintes, Lyreco dispose d’une large panoplie de gants de travail pour vous protéger des risques chimiques, des risques mécaniques mais également des températures extrêmes.

Protection antichute

Elagueurs, ouvriers du bâtiment, couvreurs, charpentiers… Les risques de chutes sont une réalité dans de nombreux métiers et nécessitent des protections antichute adaptées. Pour votre sécurité, nous vous conseillons donc cette sélection d’EPI antichute : harnais, longes, kits antichute et sangles d’ancrage.

Chaussures de sécurité

Equipement de protection individuelle obligatoire dans de nombreuses professions (charpentier, maçon, électricien, ouvrier, …) les chaussures de sécurité sont indispensables pour protéger les travailleurs des blessures aux pieds, très exposés dans de nombreuses activités. Lyreco a sélectionné une gamme complète pour la protection des pieds avec différents modèles de chaussures ergonomiques, montantes ou basses mais également des bottes de sécurité conçues pour une sécurité optimale ainsi qu’un confort de l’opérateur.

 

Bonnes pratiques : assurez la longévité de vos EPI 

La vérification et le stockage de votre matériel est essentiel pour vous assurer de la performance et de la pérennité de vos équipements de protection. Nos experts en équipement de sécurité vous livrent les pratiques à mettre en place pour assurer la longévité de vos EPI.

 

  1. La vérification des EPI

Lorsque l’on parle d’EPI et donc de la sécurité de vos équipes, il est indispensable de réfléchir au contrôle et à l’entretien de ces équipements. Deux types de vérifications doivent être mises en place : 

  1. Les vérifications périodiques

Il est important pour chaque entreprise d’avoir une personne en charge de la vérification périodique, qui peut être interne ou externe à la société pour garantir que :

  • Le matériel à disposition, à la fois en service et en stock est en état conformément aux notices d’utilisation de l’équipement.
  • Le matériel a été stocké en respectant les consignes mentionnées par le fabricant.
  • Le matériel est en état opérationnel, c’est-à-dire n’ayant pas dépassé la date de péremption affichée, le cas échéant les équipements dans cette situation doivent être écarté et mis au rebut.

Il est important de noter que si un utilisateur lors d’une vérification ponctuelle décèle un défaut, l’information doit être rapportée pour que l’EPI face l’objet d’un contrôle approfondi (équivalent à la vérification annuelle).

Grâce à cette vérification vous limiterez l’usure de votre matériel et les risques de défaillance. Cela vous évitera également les surcoûts potentiels d’un remplacement en urgence d’EPI indispensables pour votre équipe.

  1. La vérification annuelle

Le contrôle annuel, comme le stipule l'article R. 233-42-2 du code du travail est obligatoire et permet la détection de problèmes qui ne sont pas identifiables lors d’un contrôle de surface.

Tous les EPI doivent être contrôlés au minimum une fois par an par un expert, formé spécialement au contrôle des EPI.

Le contrôle complet de votre matériel vous permettra de suivre l’ensemble de vos équipements et de connaître leur niveau d’usure sur une utilisation prolongée. Vous serez donc capable d’anticiper leur remplacement et de préserver la sécurité de votre équipe.

  1. Le rangement des EPI

Le stockage des EPI est la dernière étape essentielle pour vous assurer de la pérennité de vos équipements, en évitant d’altérer par la poussière, la lumière, l’humidité ou les produits chimiques votre matériel. Nous vous proposons de respecter quelques bonnes pratiques simples qui vous donneront l’assurance d’un stockage efficace sans détérioration de vos EPI.

  • Rangez vos EPI dans un local à l’abri de la lumière pour éviter les UV et qui dispose d’une ventilation.
  • Placez des rangements pour pouvoir organiser vos différents équipements (permanents, jetables, par panoplie, par typologie, …).
  • Installez un stock dit « tampon » dans le cas où un des matériels à disposition aurait un disfonctionnement. Vous pouvez également penser à ranger dans ce local des pièces de rechange pour vos différents EPI.
  • Entreposez uniquement vos équipements de protection dans ce local pour éviter toute contamination avec des substances corrosives, acides ou pouvant altérer l’état de votre matériel. Un EPI dans un état de propreté discutable ou endommagé doit également être sorti de cet espace.

Un stockage adapté de votre matériel vous assurera de pouvoir conserver un équipement dans un bon état. Outre la garantie d’un matériel fonctionnel, un bon stockage permet de réduire les coûts car il limitera les risques de perte ou de dégradation de vos EPI.

Si ces sujets sont au centre de vos préoccupations, nos experts dédiés aux équipements de protection sont toujours disponibles pour échanger avec vous sur les problématiques propres à votre entreprise.

Quels critères pour choisir un casque de chantier ?

Le casque de chantier est obligatoire sur tous les chantiers comportant un risque de chute d’objets pour protéger l’ouvrier des chocs à la tête.

Les risques encourus sur les chantiers étant très variés, plusieurs critères doivent être pris en compte pour identifier le casque de chantier qui correspondra à votre situation.

 

Le type de protection

Si vous êtes exposé sur vos chantiers à des risques de chute et de projection, il est impératif que votre casque de chantier soit conforme EN397. Cette norme certifie que votre casque vous protège le sommet de votre crâne contre les chocs, l’effet de pénétration et l’inflammabilité. Ce type de protection est essentielle mais n’est pas forcement suffisant par rapport à votre situation car elle ne protégera que la partie supérieure de votre crane. Vous pouvez donc être amené à compléter cette protection.

Recherchez par exemple un EPI qui dispose également de la norme 14052, protégeant des chocs en dehors du haut du crâne qui se compléteront parfaitement.

Si vous avez des besoins particuliers comme pour les risques électriques, sachez qu’il existe certaines normes qui vous garantirons une protection efficace telle que la certification EN50365.

Il est important de souligner que les casques disposant de la norme EN397 peuvent également disposer de caractéristiques complémentaires qui sont dites facultatives. Dans ce cas de figure ces dernières sont précisées directement par le fabricant et peuvent compléter votre besoin avec par exemple la résistance aux très hautes ou basses températures, à l’électricité et même au métal en fusion.

 

 

La qualité de la coiffe

La coiffe est un élément décisif de votre casque car elle fait la jonction entre votre crâne et la calotte, qui est la partie supérieure de votre casque et a pour objectif de vous protéger contre la chute des objets. La coiffe quant à elle sert d’amortisseur pour la calotte et permet de maintenir celle-ci tout en laissant l’air circuler.

Il existe trois types de coiffe pour les casques de chantier :

  • La coiffe en plastique qui se règle à l’arrière avec une pâte de serrage et qui dispose d’une protection frontale qui vous évitera toute irritation de votre peau.
  • La coiffe textile est à la fois confortable et souple. Cette solution est à privilégier lorsque vous portez un casque pendant une longue durée.
  • La coiffe hybride alliant plastique et textile offre à la fois résistance et souplesse. Son mode de réglage permet d’adapter au mieux le casque par rapport à la morphologie de votre crâne.

La durée de port du casque

Comme pour de nombreux EPI, porter un casque de chantier peut s’avérer contraignant et inconfortable. Pour réduire cette contrainte il est important de se baser sur la durée d’utilisation de son casque pour définir le modèle qui sera le mieux adapté à votre utilisation.

  • Pour une utilisation sur une courte durée, orientez-vous plus vers des casques basiques, faciles à positionner et facilement retirables.
  • Pour une utilisation sur une longue durée, il sera préférable de partir sur des modèles plus légers pour limiter l’inconfort et les effets de fatigue dus à une utilisation prolongée.
  • Pour une utilisation sur une longue durée en extérieur ou sous un fort degré d’ensoleillement vous pourrez faire le choix d’un modèle de casque ventilé ou disposant d’une coiffe rafraichissante.
  • Pour une utilisation dans des conditions de pluie ou lors d’épisodes de froid vous pouvez vous munir d’un équipement couvrant l’arrière de votre crâne pour assurer l’écoulement de l’eau ou vous munir d’un bonnet sous casque.

Les conditions d’utilisation

Le choix de votre casque de chantier est conditionné aux tâches que vous devez effectuer sur le chantier.

  • Si vous travaillez en hauteur ou que vous êtes amené à baisser régulièrement la tête (travail assis, accroupis, etc.) il vous faudra prendre un casque équipé d’une jugulaire pour maintenir votre casque sur votre tête.
  • Si vous travaillez en extérieur il est préférable de choisir un casque de sécurité équipé d’une visière, plus ou moins longue pour vous protéger du soleil. Cependant il est important de noter que ce type de protection est déconseillé pour le travail en hauteur car cela peut obstruer votre champ de vision.
  • Si vous êtes exposé à la poussière ou d’autres particules vous pouvez opter pour un modèle de protection avec des lunettes relevables intégrées.

 

Quels EPI choisir pour travailler l'hiver ?

 

Que ce soit en chambre froide, en usine, dans des entrepôts frigorifiques ou sur des chantiers l’hiver… Il existe de nombreuses situations ou les travailleurs peuvent être exposés à un froid naturel ou artificiel.

Ces situations ne sont pas anodines pour le corps humain et peuvent nuire à la santé des opérateurs : risques de gelures, d’engelures, d’hypothermie et d’accidents de travails accrus par la baisse de notre dextérité dans un environnement glacial.

Pour protéger de manière efficace vos équipes des effets du froid, vous trouverez dans cet article quelques conseils pour travailler dans les meilleures conditions.

 

 

Les obligations de l’employeur

 

Le code du travail ne stipule pas de température minimale pour le travailleur, cependant certaines réglementations visent à assurer des conditions de travail adaptées aux risques liés à de faibles températures.

Selon l’article L. 4121-1 du code du travail, l’employeur est tenu de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires dans le but de préserver la santé du travailleur et d’assurer sa sécurité sur son lieu de travail.

Vous pouvez également prendre en compte les critères physiques, climatiques ainsi que la dépense énergétique demandée par chaque tâche pour déterminer quel moment un opérateur travaille dans le froid.

 

Les professionnels les plus impactés

 

On dénombre plus de 100.000 personnes travaillant au quotidien dans une ambiance froide, c’est-à-dire inférieure à 10°C. Durant la période hivernale, le nombre de travailleurs impactés par les basses températures est bien plus importants.

 

Professions en extérieur :

  • Travailleurs du BTP
  • Travailleurs de l’entretien des réseaux électriques et des télécommunications
  • Travailleurs de l’entretien des routes
  • Travailleurs agricoles
  • Travailleurs du secteur des transports
  • Travailleurs de l’industrie

 

Professions exposées toute l’année :

  • Préparateurs de commande et manutentionnaires en entrepôt frigorifique
  • Travailleurs en chambre froide commerce et grandes surfaces
  • Travailleurs en industrie du froid
  • Travailleurs en eau froide (plongeurs, secouristes, marins, pêcheurs)
  • Travailleurs

 

La pénibilité imputée au froid se détermine en fonction du niveau d’isolation du poste de l’opérateur. En cas de poste sédentaire exposé au froid, cette pénibilité est à majorer (le temps d’exposition étant un facteur aggravant des effets de basses températures).

 

 

La technique de protection contre le froid

 

Les spécialistes de la glisse le savent, pour garder la chaleur corporelle il faut utiliser plusieurs couches de tissus de manière à isoler cette chaleur. Cependant il ne suffit pas d’ajouter de nouvelles couches de vêtements, il s’agit de respecter un ordre logique pour associer les vêtements selon la météo du moment (sec, humique, neige, brouillard, grêle, …)

 

  • Première couche: pour le vêtement au contact de votre peau, faites le choix d’un matériau anti-transpirant comme le polypropylène, qui permettra d’évacuer l’humidité de votre corps pour sécher et ainsi garder votre chaleur corporelle.
  • Deuxième couche: l’objectif de la partie intermédiaire de votre habillement est d’emprisonner l’air pour pouvoir garder le maximum de chaleur corporelle. Préférez donc un vêtement isolant doté d’une capacité de ventilation comme par exemple les vêtements polaires.
  • Troisième couche: le vêtement en contact direct avec l’environnement extérieur a pour rôle principal de vous protéger contre les éléments naturels tels que la pluie, le vent ou encore la neige. Vous pouvez donc ici opter pour une parka, veste ou manteau imperméable et respirant.

 

La protection des extrémités

 

Vous l’avez peut-être déjà entendu, ce sont les extrémités du corps qui sont le plus sensibles au froid et par lesquelles s’échappe 30% de la chaleur de votre corps.

  • Protection de la tête : n’hésitez pas à porter un bonnet de travail si vous ne portez pas de casque sur votre poste ou à intégrer une doublure isolante à votre casque de sécurité pour limiter la perte de chaleur.
  • Protection des mains : pour de nombreux métiers le port de gants de sécurité est conseillé voir obligatoire. Lors des périodes de grand froid, il est impératif de choisir une paire possédant la norme EN 511 qui assure la résistance au froid et perméable à l’eau. Nous vous conseillons de porter des gants contre le froid à partir de 4°C.
  • Protection des pieds : faites le choix d’une bonne paire de chaussures de protection de préférence imperméable, montantes et rembourrées. En complément vous pouvez utiliser une semelle isolante associée avec une paire de chaussette en polyester ou en laine lors de grosse vague de froid.

 

Dans des conditions de froids extrêmes, si vous utilisez une protection pour le visage il est impératif de séparer votre protection oculaire de votre masque pour que l’air expiré ne vienne pas créer de buée sur vos lunettes de protection pour ensuite geler avec le froid.

 

Les astuces pour combattre le froid

 

Pour rendre votre journée de travail moins pénible voici quelques astuces à connaitre pour lutter contre les températures glaciales :

  • Limiter votre consommation de café. Cette boisson augmente votre circulation sanguine au niveau de votre peau et peut donc augmenter la perte de chaleur corporelle.
  • Ne consommez pas d’alcool. Les boissons alcoolisées dilatent les vaisseaux sanguins de votre peau et limitent la capacité de votre corps à réguler sa température.
  • Rester le plus possible en mouvement. Bouger votre corps permet de produire de la chaleur et d’assurer une bonne circulation sanguine.
  • Manger des aliments équilibrés. Le froid vous fait bruler plus de calories, il est donc nécessaire de lui apporter tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement.
  • Prendre des vêtements de rechange. L’humidité est votre ennemi principal quand il s’agit de vous réchauffer, pensez donc à toujours avoir au minimum une paire de gants et de chaussette en plus.
  • Prendre des vêtements en laine. Ce matériau garde extrêmement bien la chaleur, son petit plus : il n’a pas besoin de se laver après chaque usage et ne garde aucune odeur.

 

Restauration collective : les EPI indispensables

Dans les restaurants d’entreprise, les cantines scolaires, ou encore dans les établissements de santé, le monde de la restauration collective est soumis à un règlement très strict. En effet, chaque personne travaillant en cuisine est une source potentielle de contamination des aliments qui y sont préparés. Certains EPI sont donc indispensables pour assurer à la fois la qualité sanitaire des aliments ainsi que la protection du salarié.

 

La coiffe

En plus de son caractère esthétique et de symboliser le métier de cuisinier, la toque est avant tout portée pour des questions d’hygiène. Charlotte, calot et toque sont obligatoires dans une cuisine pour maintenir la totalité de la chevelure du salarié et ainsi éviter la contamination des aliments.

La veste

De préférence, la veste ou blouse de cuisine est de couleur clair. Le blanc est communément choisi pour pouvoir repérer facilement les tâches et salissures et ainsi nettoyer dès que nécessaire le vêtement de travail. En plus de couvrir complétement le haut du corps pour éviter toute contamination par des poils ou de la transpiration, la veste doit pouvoir être retirée facilement en cas de brulures. Pour un déboutonnage rapide, préférez les boutons pression ou l’usage d’une fermeture éclair.

Les gants

Dans les cuisines l’utilisation de gants n’est pas obligatoire. Cependant, pour s’assurer de la non contamination des produits alimentaires et suivre les différentes réglementations françaises (article R.231-27 du Code Rural), les opérateurs utilisent souvent des gants en complément d’un lavage et d’une désinfection des mains. Ce matériel doit impérativement respecter la norme EN455 qui définit l’indice de protection et la qualité du gant. Différents types de protection sont respectant cette norme sont disponibles en restauration collective :

  • Les gants jetables: souples et imperméables aux bactéries, ces gants doivent être certifiés « contact alimentaire » et devront être jetés et changés après chaque utilisation.
  • Les gants de protection: Conçus pour limiter les risques mécaniques comme les coupures et les brulures lors de la préparation des produits alimentaires.

 

Le pantalon

A l’image de la veste, le pantalon de cuisine doit être facilement retirable et d’une couleur permettant de repérer facilement les tâches et autres salissures. Pour éviter les risques de contamination des aliments, évitez de choisir un pantalon disposant de poches ou de revers dans lesquels peuvent s’accumuler poussières et bactéries.

 

Les chaussures

Les chaussures de sécurité alimentaire ont la particularité de répondre à la norme européenne EN ISO 20345 S2, qui allie protection des denrées alimentaires et sécurité de la personne. Pour la sécurité, choisissez une paire avec coque renforcée pour protéger des chutes d’objets ainsi que des semelles antidérapantes pour éviter les glissades et chutes sur sol mouillé. Pour l’hygiène et le confort, optez pour un modèle sans coutures ni lacets pour éviter les bactéries et autres résidus organiques.

 

Pour que les éléments composant la tenue de travail du personnel de la restauration collective soient utilisés avec efficacité, ceux-ci doivent être vérifiés quotidiennement. En effet les vêtements professionnels une fois utilisés peuvent à leur tour devenir une source de contamination. La question du nettoyage, de l’entretien mais également du stockage des EPI est donc essentielle pour assurer un niveau d’hygiène optimal sur le lieu de travail.

Découvrez l’ensemble de nos guides pour faire les meilleurs choix dans vos produits du quotidien :

Nos guides 

Le meilleur rapport qualité-prix pour votre environnement de travail